INCAyable Perou

2092011

On nous avait dit  » vous verrez le Perou, il faut faire attention car les gens sont voleurs…etc », et bien nous le Perou on adore. C’est une belle surprise! En plus c’est pas cher du tout!

On a trouve les gens tares accueillants, on ne s’est rien fait vole, on a goûté a de délicieux mets (du cochon d’inde grille a la truite en passant par les empanadas, sortent de chaussons fourres a la viande…et on n’est presque pas tombe malade!) toujours servis avec riz et patates (très light tout ca). Heureusement ils ont aussi de délicieux légumes!

Outre la nourriture, on a beaucoup apprécie la propreté des villes, l’organisation pour les touristes ( des cartes détaillées et claires comme on en trouve jamais en Asie), des réseaux de bus pas cher et confort et surtout des paysages a couper le souffle: déserts, canon, montagnes, îles remplies d’oiseaux, de lions de mers, des pingouins… Sans parler des villes et villages typiques avec leurs églises, leurs marches plein de bonnets et chaussettes en alpagas colores et leurs habitants dans les villages plus recules portant encore les tenues traditionnelles (chapeaux, gilets, jupes bouffantes et grande écharpe dans le dos, tout ca dans des tissus tres colores).

dscn0161960x1280.jpg

Des hommes fiers de leurs traditions, de leur histoire et de leur pays. Ça a été aussi pour nous le temps de pénétrer dans l’histoire de la civilisation Inca et pre colombienne avec la visite de sites comme le Machu Pichu et la vallée sacrée. De côtoyer le syncrétisme (religion catholique mêlée aux rites plus anciens)….De se dégourdir sacrement les jambes dans des endroits assez vertigineux et de rencontrer péruviens et routards très sympas. On a aussi vu des lamas, des vigognes… ici les condors, les pumas et les serpents sont sacres.

Alors qu’avons nous fait?

Nous sommes arrivés visiter Lima. De mai a octobre elle est sous une bruine assez triste et donc nous avons trouve les lieux assez austères. Nous avons tout de même visiter le centre historique, la cathédrale, le musée pre colombien et fait quelques courses a Miraflores, quartier hype de Lima qui fait face a la mer. Raul, un fournisseur d’Iban nous a invite au restaurant avec sa femme et des amis et nous avons grâce a eux pu dessiner notre voyage. Et oui, 17 jours c’est court, le Perou est grand, il faut donc faire des choix, et ce n’est pas évident!

Nous avons opte pour le sud, trajet classique certes mais vu les distances il nous était difficile de partir sur la Cordillère Blanche (a regret).

Nous avons mis le cap sur Parracas ou nous sommes allés en bateau voir les islas ballistas, connues aussi comme les Galapagos des pauvres car tres pres de la cote, ou nous avons été émerveillés face aux multitudes d’oiseaux, de lions de mers, de pingouins, de pélicans, de phoques…. et nous avons aussi visite le parc national de Parracas. Désert immense faisant face a la mer, des falaises époustouflantes. C’est fou, des que l’on sort de Lima c’est le désert.

dscn94891280x960.jpg

Puis nous sommes partis en bus de nuit pour Arequipa, ville bordée par des volcans aux sommets enneiges, on se fait doucement a l’altitude : 2350m. Ça va on tient le coup. A Arequipa il fait chaud, on se ballade dans les rues. Les églises et places sont superbes, les façades des maisons colorées, les balcons en fer forges. Nous sommes dans un petit hostel dans le centre. Nous rencontrons un guide peruvien tres sympa avec qui nous dînons le soir.

Après 2 jours, nous partons pour le canon del colca a 6h de Arequipa, direction Cobanaconde. La nous attend 3 jours de trekking très crevant avec des vides énormes (Elodie a été très courageuse). Nous plantons notre tente et profitons des bains thermaux le soir pour nous remettre des durs montées et descentes de la journée. Nicolas, un jeune français de 20 ans, a perdu ses copains en route, il fera donc route avec nous. Un trio de 2 jours très sympa. On passe dans des villages très recules, on mange de l’Alpaca, on soigne nos ampoules! et on se fait très bien aux 3700m d’altitudes. On s’aide parfois du fameux mate de coca qui permet de mieux s’adapter a l’altitude. On a même passe un col a 4800m les doigts dans le nez!

Puis nous revenons a Arequipa pour prendre un bus de nuit pour Cusco. Ville connue pour être la capitale de la civilisation Inca et le départ pour la fameuse Vallée Sacrée qui accueille le Machu Pichu.

dscn9600960x1280.jpg

Cusco est une ville très jolie, mais qui subit de fortes pluies donc l’architecture est très différente: toits en tuiles de partout (a Arequipa les toits sont plats), petites rues escarpées, des escaliers, des placettes, des temples, des églises, des maisons blanches aux volets bleus…une jolie ville entourée par la montagne. Nous avons eu beau temps et pris le temps de visiter et de nous imprégner de l’histoire des incas et des espagnols avant d’affronter le Machu Pichu. Nous étions dans un petit hospedaje sur les hauteurs et avons eu la chambre la plus petite depuis le début de notre aventure.

Par manque de temps et par soucis d’économie nous avons choisi de visiter la vallée sacrée en bus rempli de touristes. Mais au moins nous avions les explications du guide et ca ne coûtait pas le treck de l’inca (400 euros par personnes tout de même pour 3 jours de marche). Lieux très touristiques qui peut devenir tres cher. Après avoir vu Pisac, Ollantataymbac, las salinas, Moray…sur 2 jours nous sommes allés prendre le train qui nous a conduit a Aguas Calientes. Ville dortoir pour le départ du Machu Pichu, pas de routes, au fond d’une vallée. Il n’y a pas grand chose a y faire. Et nous sommes partis a 5h du matin grimper les marches (1h30, ça va!) qui mènent au Machu Pichu. Nous avions également pris l’option guide (tout en espagnol a chaque fois!), un petit groupe de 25 personnes :) . Les lieux sont vraiment fantastiques, en plus on a eu un beau ciel bleu (bon ça c’est fini avec de la pluie mais on a de belles photos!). Une cite entière perchée entre deux montagnes. C’est hallucinant de savoir que les incas ont construits une cite pareille: maisons, cultures en terrasses, système d’irrigations, temples et bien-sur les fameuses pierres de x tonnes positionnées comme des puzzles. Du génie! Les explications ont été utiles. Ici tout est en rapport avec le soleil, la lune, les étoiles…

Tout le monde prend Iban pour un espagnol avec son super accent, Melo s’ameliore bien mais on ne la prend pas pour une espagnole!!

Nous partons le 2 septembre pour Copacabana ou nous comptons visiter la Isla del Sol qui est sur le lac Titicaca. Il nous reste 2 mois, nous sommes en train de bien les organiser car l’Amérique du sud est grande et il ne faut pas perdre de temps.

Ah oui, pour ceux qui se demandent si après 5 mois de voyage on s’aime toujours autant, la reponse est : Oh que oui!

Perou
Album : Perou

43 images
Voir l'album



Ibanetmelo chez les Moai

18082011

Une semaine sur cette ile chilienne perdue au milieu du Pacifique. 2 nuits en dortoir (mais seuls) et 4 nuits sous tente dans un camping super bien situe face à la mer et très bien équipé.

Nous décidons de louer des vélos pour toute la durée de notre séjour. Nous faisons donc connaissance de cette ile verte mais pelée, ventée mais ensoleillée, volcanique mais douce, vaste et peuplée de Rapa Nui, de Moai (géants de pierre, les ancêtres Rapa Nui), pétroglyphes et habitée par de très nombreux chevaux sauvages qui se la coulent douce dans les près.

dscn02181280x960.jpg

Cette ile est restée sauvage et est pleine de mystères. Les lumières de l’hiver sont fascinantes.

dscn0597960x1280.jpg

Nous adorons notre passage chez les Rapa Nui, ils vivent presque tous dans la ville de Hanga Roa, le reste de l’ile est désert. Aussi quand on part en rando VTT ou à pied pour la journée il faut prévoir eau et piquenique.

Donc nous avons fait beaucoup de VTT, Melo a même pété un plomb quand il a fallu les pousser pendant 2h à flanc de falaise (panorama très beau face à la mer au passage…) au milieu des roches volcaniques…mais tout est bien qui finit bien et on a retrouvé un chemin praticable (après avoir versé beaucoup de larmes d’épuisement). Nous nous arrêtons sur tous les sites archéologiques : géants debout, géants tombés, carrière ou ont été conçus les statues et ou des têtes dépassent de terre (spectacle saisissant), maisons en pierre (en forme de bateau avec des toutes petites entrées), pétroglyphes ou sont gravées des dessins de poissons and co sur la pierre…. Parfois les géants sont seuls, parfois ils sont 2, 7 ou 15 alignés…c’est vraiment fabuleux et hallucinant de savoir que ces statues ont été édifiées et déplacées il y a tant d’années.

dscn05351280x960.jpg

Les cratères des volcans sont aussi merveilleux, nous avons fait de belles randos. Les centres des cratères peuvent paraitre vertigineux, ils sont parfois remplis d’eau bordée de verdure.

Nous nous sommes baladés aussi dans la campagne avec les chevaux broutant dans les prés sur la mer en fond. Ca donnait un panorama vraiment chouette. Les lumières ici sont superbes, on s’en est mis plein les yeux. Et surtout on est seul, on ne croise que très très peu de touristes sur l’ile en journée.

Nous avons rencontré un couple de Belges, Sandra et Guillaume, qui font 1 an en Amérique du sud et aussi une espagnole, Maria, avec qui nous sommes montés au volcan.

Les locaux sont très sympas, ils se déplacent beaucoup à cheval. Devant le supermarché on voit des chevaux qui attendent, un peu comme au farwest !

Une semaine très sportive dans une isla de Pascua qui nous a offert de merveilleux paysages. Nous avons terminé notre périple en faisant un tour au musée afin d’être certain d’avoir bien tout compris. Mais ils sont où ces œufs ?

Bonne fête à nos mamans en ce 15 aout et à toutes les Marie qui nous entourent!

Nous nous envolons mercredi pour Lima.

Ile de Paques
Album : Ile de Paques

38 images
Voir l'album



Polynesie ma belle

14082011

C’est face au lagon turquoise de Bora Bora que nous commençons la rédaction cet article. Nous finissons notre périple au coeur des îles de la société en savourant ces palettes de couleurs bleus, vert et turquoise qui ont été notre quotidien pendant 15 jours. En venant ici Melo aura réalisé un rêve qui la berce depuis toute petite! Un rêve éveillé que l’on va vous conter.

  dscn9710960x1280.jpg

Nous sommes arrives a Papeete le lundi 25 juillet au soir alors que nous étions partis le 26 juillet de Sydney, c’est la magie de la ligne des heures et des dates ! Nous avons donc vécu deux fois la journée du 26 juillet. L’accueil de Sophie, la cousine de Melo, a contribue a la magie de ce séjour. Colliers de fleurs, ballade en voiture jusque dans sa grande maison ou elle vit en colloc et ou nous attendait une jolie chambre, sans parler du festin pour le petit déjeuner : poisson cru a la tahitienne (délicieux mai-mai cru au lait de coco, tomates, concombre et coriandre), pains au chocolat, baguette….bref un séjour qui commence très bien! Sophie nous accompagne a l’aéroport pour prendre notre avion pour Moorea, île en face de Tahiti. Et attention, 8 mn de vol dans un petit avion qui bouge pas mal et qui effraie Melo lors des atterrissages qui seront toujours assez sport.

4 îles au programme :

Moorea

Nous logeons a Haapiti, au sud ouest de l’île a l’écart des gros hôtels. Nous sommes au Fare Edith et nous avons un bungalow-appartement pour 4 jours a 10 mètres d’une plage bordée d’un magnifique lagon, jardin de corail géant. On fait les courses et on se met en cuisine. C’est très agréable de gérer nos repas. Nous vivons a cote des locaux. Ils sont tous très gentils avec les touristes, ils sont marrant a se balader en maillot toute la journée avec leur grosses bedaines. Et oui le mythe de la tahitienne sublime s’écroule, ici les gens sont gros! Ils parlent doucement, roulent les r, parlent le polynésien et sont trannnnquiille!! Pas de stress! Edith nous le répétait tout le temps : « faut pas en faire trop, tranquille les jeunes ».

Nous profitons des kayaks pour se faire des ballades sur le lagon, on accroche nos kayaks et on plonge. C’est superbe. On voit des raies. Malgré une petite journée plus grise (pluie et vent) nous profitons de cette île fleurie d’hibiscus de toutes les couleurs, que les polynésiens mettent dans leur cheveux, pour faire un tour en vélo (70 km tout de même), grimper au belvédère pour admirer la vue. Ici les îles sont verdoyantes, elles ont de beaux sommets, anciens volcans, et grimper en haut donne de superbes panorama sur le lagon et les montagnes. On se détend sur une plage sublime de Moorea ou on regarde une jolie tahitienne ( en fait on en a quand même vu) presque nue se faire prendre en photo par un professionnel….certainement pour apparaître sur ces cartes postales accrocheuses que l’on trouve dans tout les kiosques. On se retrouve a admirer la bête sur un fond paradisiaque.

Puis baptême de plongée, la première fois pour Melo, la troisième pour Iban. Ce qui est extra c’est que nous sommes que tout les deux avec le moniteur. On restera 40 mn sous l’eau et on ira a 7 m quand même. Beaux poissons, une jolie tortue, des beaux coraux et Melo n’a même pas paniqué !

dscn94861280x960.jpg

Raiatea

Nous sommes reçus dans une maison d’hôte de très bon goût tenue par un couple de voileux globtrotteurs qui a jeté l’ancre sur cette île. Ils ont construit eux-même maison et meubles, le tout est très beau. Tout en bois, belle terrasse face a la plage. Salle commune avec cuisine ou nous nous préparons nos dîner. En revanche, c’est communautaire donc il faut vivre avec les 4 autres touristes ce qui ne nous a pas empêcher d’apprécier nos hôtes, de partir faire du Kayak sur le motu (île faite de corail, a différencier des îles volcaniques) d’en face et du snorkling ( Iban a croise son premier requin, il est remonte sur son kayak avec une rapidité record), de faire une marche de quelques heures de bon matin vers le plateau du Temehani qui offre encore une fois une vue époustouflante sur les lagons. 2 jours rapides que nous avons bien rempli.

La nuit ici tombe tôt, les couchers de soleil sont merveilleux. Iban a vu le rayon vert. Le ciel étoilé est incroyable, on peut voir la voie lactée et la croix du sud.

Maupiti

Départ pour Maupiti de bon matin, Camille (homme de 76 ans) nous accueille a l’aerodrome avec des colliers de fleurs. Cet endroit est merveilleux, on atterit sur un motu borde par un lagon turquoise et d’une belle plage de sable blanc, c’est le plus bel aérodrome que nous ayons vu de notre vie.

Camille, donc, nous fait grimper sur son bateau direction le kuriri. Une famille nous accompagne sur le bateau : Didier, Isabelle et leurs jumeaux de 10 ans et demi Emilien et Mateo. Une famille qui va devenir par la suite de très bons amis.

La traversée du lagon est magique: la couleur de l’eau biensur, mais aussi la vue sur l’ile de Maupiti qui est verdoyante. Cette île est entourée de plusieurs Motu, eux-même entoures par la barrière de Corail.

Nous prenons possessions de nos bungalow, nous avons la chance d’avoir la vue sur la mer. Notre bungalow est joliment décore et surtout très fleuri… on se sent bien.

5 jours donc a Maupiti, 3 jours au Kuriri et 2 jours de camping sur le même Motu mais sur la plage faisant face a Maupiti, l’ile principale. Le soir de notre arrivée au Kuriri, incroyable, Melo retrouve des amis de ses parents Benedicte et Didier Le Blan du village de St Didier. Nous ne sommes que 10 dans cette pension aussi cette rencontre nous parait vraiment incroyable. Trop gentils ils nous offrent l’apero et on passera 3 jours merveilleux avec eux et le reste du groupe. Nous sommes en demi pension et nous avons tout les soirs un dîner excellent: poissons crus, gratins, dessert fruités et chocolatés…

Nous partons avec Camille explorer les Raies Manta, immenses raies qu’il est impressionnant de regarder. Melo a été un peu effrayée. C’est la première a remonter sur le bateau et Camille lui demande combien de raies il y avait dans l’eau, Melo répond  » Oh une bonne dizaine », mais quand tout le monde remonte ils en annoncent que 3 ou 4….bref les raies ça se déplace et Melo en voyait une nouvelle a chaque fois!

Après les raies manta, requins pointes noires, balades dans le lagon, jardin de Corail, poissons multicolores, murènes… .

Nous avons fait une journée velo et grimpette en haut de l’ile de Maupiti (nous étions bien essoufflés) qui offre une très belle vue sur l’ensemble des Motu et du lagon, nous avons continue en velo avec Didier, Isabelle, Emilien et Mateo ou nous avons dégusté des noix de coco que Didier et Iban ont courageusement defait au couteau suisse, nous sommes allés voir les artisans du coin, baignade sur la jolie plage de Maupiti… et nous nous sommes tous tellement bien entendu que nous nous sommes pas beaucoup séparés pendant toute la durée du séjour a Maupiti. Chouettes moments de rigolades tous ensemble!

Le matin de notre départ du Kuriri pour le camping, nous petit déjeunions face a la mer et nous avons eu la visite au loin de baleines qui faisaient de gros jets d’eau… que demander de plus?

Iban et Didier (celui de Isabelle) sont allés pêcher une première fois, 10 poissons tout de même, a la tombée du jour. Puis trouvant cela amusant nous y sommes retournes de nuit avec Didier et la c’était plus difficile : Didier a perdu une dizaine d’hameçons croques par les requins ou les murènes (ah oui elles sont très impressionnantes celles-la aussi) ou les dangereux poissons pierres….. mais au final ils ont rapportes 4 poissons, dont 1 peche par Iban qui avait une canne a peche de fortune (un morceau de bois et un fil).

dscn96461280x960.jpg

L’idée était de partir en kayak sur le motu d’en face le lendemain pour faire griller les poissons et faire une journee de Robinson pour l’anniversaire d’Iban. Nous les avons dégustes sur les palmes des enfants faute d’assiettes. Journées ensoleillée couronnée d’un dernier apero ti punch tous ensemble avant de quitter l’île pour Bora Bora.

Bora Bora

Avion pour Bora Bora, Ferry pour Vaitape sur un très beau lagon et petit truck jusqu’au village Temanuata ou nous attend un bungalow avec une terrasse faisant face a une mer sublime. Nous rencontrons Celine une tourdumondiste en solitaire, en vacances avec sa maman, qui échange avec nous des tas d’infos sur l’Amérique du sud. Nous faisons seulement du kayak sur une eau piscine vers un sublime jardin de corail….et oui Bora est très très trops chère, les autres activités ne sont pas a notre portée. On s’en fout car la plage est magnifique et les petits poissons a nos pieds. Nous retrouvons Florence et son fils Gaetan qui étaient avec nous a Maupiti quand nous campions. Plage, dîner ensemble et ils nous ont même fait visiter leur beaux bungalow sur pilotis qui fait rêver !

dscn99631280x960.jpg

La Polynésien ça aura été pour nous de belles rencontres, la découverte d’une faune et d’une flore superbe, de beaux lagons ou Melo aura même dépassé sa peur de l’eau et pris plaisir a admirer les petits et gros poissons, des parties de peches, des fruits délicieux ( sauf la papaye), des baleines…. et des polynésiens très gentils. Ils disent tout le temps lorana (bonjour), tout le monde se tutoie, on se sent très vite a l’aise avec eux. Ils vivent le cul dans l’eau et la bedaine a l’air et un grand sourire aux lèvres….

Iban s’est révélé grand romantique en choisissant tous les jours une fleur d’hibiscus rouge, orange, rose ou une fleur de tipanier blanche pour mettre derrière l’oreille de Melo. Elle espère d’ailleurs que ce rituel va continuer…

Sophie, la cousine de Melo, nous a encore accueilli comme des rois a notre retour sur Papeete. Nous sommes allés dîner dans les typiques roulottes tahitienne, thon cru délicieux! Et Sophie nous a même offert le collier de coquillage traditionnellement donne aux personnes qui quittent Tahiti. Des fleurs a l’arrivée, des coquillages en partant….et même un sacre spectacle de danse tribal a l’aéroport!

C’est face au coucher du soleil sur le pacifique, depuis une pension sur l’île de Paques, que nous terminons cet article.

Polynesie
Album : Polynesie

51 images
Voir l'album






Mr & Miss Kumara en Voyage |
etincelle |
montfortkiwi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | nonnadaddy2
| Nihon, watashi wa koko ni
| A la découverte de CUBA